Macédoine Situation

Macédoine – Situation 16. Le 05.05.2017

Zaev négationniste ethnocidaire du peuple macédonien

 

Zoran Zaev, dirigeant du SDSM, après avoir fait coalition avec les Partis albanais en vue d’une majorité parlementaire sur la base de la plateforme de Tirana afin d’obtenir le pouvoir gouvernemental, après avoir fait un coup d’État institutionnel en installant à la présidence du Parlement macédonien un Albanais, ancien commandant de l’UCK, déclarait successivement dans deux journaux, l’un bulgare, l’autre serbe, que les Macédoniens sont des Bulgares et des Serbes. Bozhidar Dimitrov, directeur idéologique du musée d’histoire nationale de Sofia, ethnocideur bien connu de l’identité macédonienne, salue la déclaration de Zaev dans le journal BGNES, en affirmant qu’elle est identique à sa propre représentation de l’histoire. Selon lui « Zaev pense que les Macédoniens et les Bulgares sont un seul peuple, comme je le pense moi-même et les autres en Bulgarie ». Zaev a ensuite déclaré au journal serbe Kurir que les Serbes et les Macédoniens sont un seul peuple. Il est patent qu’avec la création de la Grande Albanie, l’objectif de Zaev est la disparition du peuple macédonien par son assimilation forcée dans l’une et l’autre nationalités : bulgare et serbe.

L’État serbe, inquiet de la situation en Macédoine, a renforcé la sécurité militaire sur son territoire. Dans le cadre de l’action de l’Agence de Sécurité Militaire serbe (VBA), une grande quantité d’armes a été saisie en Serbie du sud près de Preševo et Bujanovac la semaine dernière, destinée probablement à être transportée illégalement en Macédoine dans le but d’alimenter le conflit ou de provoquer des « incidents » en vue d’un coup d’État effectif, a déclaré le journal Blic, sur la base d’informations de VBA. Ces armes auraient été destinées aux plus grands Partis albanais qui ont participé dans un passé récent aux conflits armés en Macédoine et au Kosovo. L’agence VBA a également remarqué une augmentation de mouvements albanais, la plupart membres de l’UCK, dans les régions de Preševo et Bujanovac et du Kosovo vers la Macédoine. L’agence en a informé les autorités compétentes en Macédoine[1].

Edi Rama premier ministre du gouvernement albanais et Hashim Thaci Président du Kosovo ont déclaré que si l’UE ne montre pas clairement sa volonté d’intégrer ces pays dans l’UE, alors ils n’auront pas d’autre alternative que de s’unifier pour créer une plus grande « composante », c’est-à-dire la Grande Albanie. Jonuz Musliu, le maire de Bujanovac, sud de la Serbie, soutient cette déclaration d’unir tous les Albanais dans une « Grande Albanie ». Rappelons que Bujar Nishani, Président de l’Albanie, s’était rendu le 7 mars 2017 à Bujanovac. La première visite, en Serbie, d’un Président albanais depuis 1948. Il n’a pas rencontré d’officiels serbes mais exclusivement des représentants albanais. Musliu, par ailleurs président du Conseil national des Albanais, a affirmé récemment que la vallée de Preševo est un territoire qui « cherche la libération », que l’union entre le Kosovo et l’Albanie n’est pas insensée et que son Président est Edi Rama et non Alksandar Vučić. L’UE n’a pas condamné ces déclarations. Elle les a seulement jugées « contreproductives », c’est-à-dire réalistes mais trop anticipatrices pour le moment. Il serait préférable de régler prioritairement la « question macédonienne ». Ensuite, la suite.

La gravité de la situation en Macédoine s’étend plus largement dans les Balkans, l’extrême Europe, tout en remontant, par un effet bizarre de vases communicants, en Europe centrale, Mitteleuropa, Autriche et Hongrie. Outre la presse serbe, les quotidiens grecs font état de l’inquiétude de la Grèce à l’égard d’une Macédoine unitaire. Il est question du soutien de la Communauté internationale à la politique albanaise de déstabilisation de la région et de la création d’une Grande Albanie, du rôle de Soros dans la crise macédonienne.

Il ne fait nul doute pour la Grèce qu’elle sera touchée immanquablement par le développement de la situation en Macédoine, surtout depuis le coup d’État de Xhaferi et de ses alliés dans le parlement, lequel coup d’État a été immédiatement soutenu et non pas condamné par l’UE et les USA. Les sectateurs de la Grande Albanie ne s’en prennent pas actuellement à la Grèce, pays protégé par le Traité européen de l’intangibilité des frontières, seulement aux États non intégrés dans l’Europe. Il n’est pas exclu que le projet de Grande Albanie qui englobe les Albanais de Grèce, au nord, ne se transpose en Grèce dans le cas d’une sortie de celle-ci de l’Europe ou de l’éclatement de l’Europe. Ajoutons la possible alliance entre la Turquie et l’Albanie. Une telle alliance musulmane placerait la Grèce orthodoxe en mauvaise situation géopolitique, donc géostratégique.

 

[1] http://www.blic.rs/vesti/drustvo/ekskluzivno-vba-zaustavila-isporuku-arsenala-oruzja-za-albance-u-makedoniji/v1r4elk

http://fokus.mk/blits-vo-juzhna-srbija-zapleneto-e-oruzhje-za-makedonija/

http://meta.mk/blits-vo-juzhna-srbija-zapleneto-oruzhje-nameneto-za-makedonija/

http://www.slobodenpecat.mk/vesti/srbija-zaplenila-golem-tovar-oruzhje-nameneto-za-makedonija/

http://www.time.mk/c/14c071d569/blic-vo-srbija-na-pat-za-makedonija-zapleneto-e-golemo-kolicestvo-oruzje.html